Je viens d'écouter l'émission Répliques qui évoque l'atmosphère délétère des collèges de banlieue : quand tout le monde est en échec, personne n'est en échec ; c'est la norme du groupe et elle s'impose de manière tyrannique aux individus. Pas moyen d'y échapper, chacun s'y plie, nolens volens.

Malheur à ceux qui s'obstinent à faire honnêtement leur travail d'élève ! Ils deviennet les souffre-douleur de leurs pairs et se font taxer de bouffons par les petits caïds qui tiennent le haut du pavé dans les classes - les leaders dans un groupe étant toujours ceux qui incarnent le mieux les valeurs du groupe. Voici où mène l'absence de sélection, d'émulation et de sanctions. Le colège inique est l'école du vice.

Annuaire généraliste francophone tout public